UNE DEUXIÈME CHANCE AVEC ANIELLO – NAPLES

➡ DOWNLOAD THE ENGLISH VERSION 

PEUX-TU TE PRÉSENTER ?

Je m’appelle Aniello Iacomino, je suis le co-Président d’Ambiente Solidale, une coopérative sociale créée en 2006 à Naples et spécialisée dans l’Économie circulaire.

 

QUEL EST LE CONCEPT D’AMBIENTE SOLIDALE ?

Nous croyons au fait que chacun ait le droit à une deuxième chance, c’est notre philosophie. Notre coopérative regroupe des personnes exclues du marché du travail qui participent à la collecte de vêtements jetés que nous réutilisons. Nous souhaitons avoir un impact environnemental et social à Naples.

« Nous croyons au fait que chacun ait le droit à une deuxième chance, c’est notre philosophie. »

 

VOTRE ACTIVITÉ PRINCIPALE EST LE RECYCLAGE DE VÊTEMENTS JETÉS. POUR QUELLE RÉUTILISATION ?

Nous récupérons les vêtements laissés dans nos 600 bennes. Il existe 3 types de déchets :

    • Le premier choix : des vêtements en très bon état que nous stérilisons et envoyons à Share, notre point de vente dans le centre de Naples ;
    • Le second choix : des vêtements à destination des marchés étrangers, notamment l’Afrique ;
    • Le troisième choix : des vêtements importables car très abîmés. Nous les vendons aux industries pour nettoyer leurs machines par exemple.

Nous intervenons également dans les écoles pour sensibiliser les enfants au recyclage. Je ne sais pas comment cela marche chez toi mais un projet comme le nôtre ici à Naples, c’est vraiment innovant !

« Ici, nous permettons aux Napolitains de réduire leur impact environnemental et nous aidons la municipalité dans sa mission de traitement des déchets. »

 

POURQUOI EST-CE INNOVANT SELON TOI ?

Parce que nous essayons de changer les mentalités en montrant le bon exemple. Des projets similaires existent mais sont au Nord de l’Italie. Il y a encore beaucoup de progrès à faire en Italie du Sud, le recyclage n’est pas vraiment ancré dans notre culture. Ici, nous permettons aux Napolitains de réduire leur impact environnemental et nous aidons la municipalité dans sa mission de traitement des déchets.

 

CE CONCEPT DE LA DEUXIÈME CHANCE EST AUSSI PRÉSENT DANS TA POLITIQUE D’EMBAUCHE ?

Exactement ! Le recyclage est un moyen de donner du travail à des personnes exclues du marché. Ce sont des anciens toxicomanes, des détenus ou des personnes souffrant de problèmes physiques ou mentaux. 24 personnes travaillent ici. Nous les accompagnons dans leur reconstruction parce qu’ils méritent de rebondir.

 

VOUS ALLEZ ENCORE PLUS LOIN EN DONNANT À DES ASSOCIATIONS CARITATIVES…

Nous stockons des produits de première nécessité – lait, pâtes, farine – et les distribuons à travers 170 points. Ces denrées proviennent de l’Union Européenne : les institutions lancent un appel d’offres en cas de crise et choisissent les entreprises capables de répondre aux besoins. Nous sommes chargés de la distribution de la nourriture – plus de 60 000 familles l’année dernière. Nous reversons également 3 centimes par kilo à des fonds sociaux de la municipalité ou à des œuvres de charité. Cela représente 50 000 € par an.

 

QUEL EST L’ÉLÉMENT DÉCLENCHEUR QUI T’A POUSSÉ À PASSER À L’ACTION ?

La Crise des Déchets à Naples de 1993 à 2009 a été déterminante. Les conditions de vie se détérioraient sérieusement, les rues de Naples étaient dans un piteux état. Nous ne pouvions rester les bras croisés, c’est pourquoi nous avons créé Ambiente Solidale en 2006.

 

QUELS SONT VOS PROCHAINS DÉFIS ?

Nous voulons accroître notre impact environnemental en étendant nos activités et en créant davantage d’emplois. Nous voudrions par exemple collecter et traiter les déchets toxiques comme les cartouches d’encre ou encore les composants électroniques.

 

SI TU DEVAIS DÉFINIR TON ENGAGEMENT EN UN MOT, ADJECTIF OU SENTIMENT…

Je dirais « solidarité », dans son sens le plus large. C’est donc aider ceux qui n’ont pas eu les outils pour construire leur indépendance. J’ai confiance en mon prochain. Je suis convaincu qu’une goutte d’eau dans l’océan peut changer les choses. N’importe qui peut être acteur du changement, mais tout le monde n’a pas cette chance de pouvoir le devenir. Si nous avions tous les moyens de l’être, je pense que notre monde n’en serait que meilleur car chacun œuvrerait pour le bien commun.

« J’ai confiance en mon prochain. Je suis convaincu qu’une goutte d’eau dans l’océan peut changer les choses. N’importe qui peut être acteur du changement, mais tout le monde n’a pas cette chance de pouvoir le devenir. »

 

crédit photo : Thomas Tichadou

 

Un commentaire

  1. Christine Tichadou Bourcheix

    L’action d’Aniello est essentielle. Chacun doit avoir sa place dans une société, chacun à sa mesure. Ne pas exclure car il y a de l’activité pour tous. Avoir un rôle, si « petit » soit-il, est important pour reprendre pied.

    J'aime

Partage ton avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :